Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PACMAN: LE ROI DU GRAPH JAZZ DE POINTE A PITRE

Publié le par jazzaseizheur

JAZZPHOTOS-7284.JPG

MILES DAVIS VERSION PACMAN/ DR/ JL MARTIN

 

Le street artist Pacman dont j'ignore jusqu'au visage a parsemé la ville de Pointe à Pitre de différents portraits de jazzmen et indéniablement il a du talent dans la mesure ou il sait redonner en quelques traits vie aux plus grands jazzmen notament au patriarche du jazz fusion Miles Davis.

 

JAZZPHOTOS-7286.JPG

MILES DAVIS VERSION PACMAN/ DR/ JL MARTIN

 

Ces portraits s'insérent parfaitement dans le paysage urbain de cette ville et même les enfants apprécient de poser en sa compagnie. Quel racourci de génération!

 

JAZZPHOTOS-7381.JPG

LOUIS ARMSTRONG VERSION PACMAN/ DR/ JL MARTIN

 

Belle réalisation de Satchmo même si il semble descendre de sa soucoupe. Il fait face à la gare maritime de Pointe à Pitre et semble saluer l'ensemble des croisiéristes qui débarquent dans ce port plein d'exotisme.

 

JAZZPHOTOS-7519.JPG

PACMAN/ DR/ JL MARTIN

Je ne suis pas certain du nom du musicien mais j'opterai surement pour Mezz Mezzrow  et je demande à Pacman de me le confirmer si jamais il lit cet article. Le Graph est sur le coté du marché qui jouxte l'un des bassins de la ville et se voit de trés loin.C'est tout à fait mérité car trés réussi.

 

JAZZPHOTOS-7868.JPG

DR/ JL MARTIN

 

A Basse Terre, la préfecture de la Guadeloupe, a aussi ses artistes de street art et ce portrait de ce jeune écoutant à l'oreille sa sono portable est trés révélateur d'une génération qui privilégie la musique en boite version zouk ou reggae.

 

JAZZPHOTOS-7871.JPG

JOLL/ DR/ JL MARTIN

 

Ce chanteur de soul ou de zouk est remarquable d'authenticité et je me demande bien qui ca peut eprésenter...

N'hesitez pas à me contacter si vous avez une idée...

 

JAZZPHOTOS-7894.JPG

DR/ JL MARTIN

 

Cet esclave coupeur de cannes à sucre résume bien l'état d'esprit des noirs antillais qui conscients de leur passé essaient à travars leur musique traditionnelle et contemporaine de retrouver leurs racines africaines et de le traduire sur les murs de leurs différentes citées.

 

 

 

 

Commenter cet article