Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BLUES PASSIONS: CONCERTS DU 4 ET DU 5 JUILLET 2013

Publié le par jazzaseizheur

BABAJACK2.JPG

 

La matinée du jeudi 4 juillet commenca par la prestation fort remarquée auTonic Day du groupe britannique Babajack. Ils jouent un blues acoustique du meilleur effet qui rappelle les grands du delta blues et la chanteuse s'est utilisée au mieux ses forces et ses faiblesses vocales pour rendre encore mieux hommage aux vétérans de ce style de blues très roots.

 

BABAJACK.JPG

 

Le public matinal en redemanda et ils se firent un plaisir de nous ravir par l'interprétation de classiques du blues du Mississippi. La chanteuse du duo posséde une voix pleine de nuances qui rend attachant le moindre des work songs du coton. La formation de soul d'origine française, Handcrafted Soul, leur succéda sur la scéne Experience Cognac pour notre plus grand plaisir de festivalier.Ils jouent une soul teintée de funk très agréable ancrée à la fois dans la tradition et dans l'actualité version Daptone Records.

 

HANDCRAFTED-SOUL-2.JPG

 

Ce concert ne fut que du plaisir... Ils n'inventent rien mais ils ont tout compris de ce qui fait l'âme de cette musique.

Aprés une courte pose pour le déjeuner, je me précipitais au Groove au Château où se produisait  le grand Lucky Peterson dont j'avais adoré le concert cet hiver à La Sirène à La Rochelle.

 

LUCKY-PETERSON-5.JPG

 

Il commença son tour de chant acoustique lentement mais en tant que vieux routier du Chicken Circuit il sait faire monter l'intensité et l'intérét du public pour sa musique. Bref, il nous servit un show sans floritures mais dans la droite ligne des pionniers du Delta. Il a beaucoup de talent à la guitare mais sa nouvelle épouse le rejoignit à la fin du concert et là ce fut vraiment la cata... Elle chante vraiment très faux que s'en est vraiment exaspérant...

 

LUCKY-PETERSON-9.JPG

 

Aprés avoir écouté son interview sur tv5 en direct, je me rendais chez Camus pour écouter le nouveau trio du pianiste arménien Tigran Hamasayan que j'affectionne particuliérement...

 

TIGRAN-HAMASAYAN-3.JPG

 

Le concert fut vraiment fantastique... Il joue entre jazz et musique romantique du 19éme siécle mais avec un goût prononcé pour les dissonances harmoniques un peu dans la lignée du grand Bill Evans. Le public plus bling bling que jazz lui réserva une indifférence polie comme seule la bourgeoisie de province sait secréter... Ne le rater pas si il passe prés de chez vous c'est un futur grand du clavier.

 

TIGRAN-HAMASAYAN.JPG

 

La soirée commenca vraiment très mal avec une sorte de rappeuse techno, Akua Naru, qui n'avait vraiment pas sa place dans un festival de cette qualité en général. Heureusement, vers 20 h, l'Osaka Monaurail, groupe nippon de funk très carré nous régala par ses interprétations de différents classiques de James Brown ou de Sly Stone et son humour décalé ou involontaire.

 

OSAKA-MONAURAIL-4.JPG

 

Georges Thorogood and the Destroyers prirent possession du Blues Paradise vers 21 h et ce fut pour moi une révélation de les entendre sur scéne car j'avais en mémoire différents disques qu'il avait enregistré au cours de sa longue carriére qui n'avaient le moins qu'on puisse dire jamais retenue mon attention.

 

GEORGES-THOROGOOD-2.JPG

 

 

 Le concert fut d'enfer... Georges Thorogood posséde une voix très grave adaptée parfaitement au blues-rock qu'il nous propose avec ses Destroyers. Certes, ce n'est pas Eric Clapton, mais il posséde un jeu de guitare attachant tout en rythme et  en effets divers...

 

GEORGES-THOROGOOD-4.JPG 

 

La soirée prit fin avec deux formations fort éloignées des musiques noires américaines et elles rivalisérent de mauvais goût dans le délire sonore pour le Spencer Bohren Blues Explosion et la varietoche sucrée pour The Hives...

Vraiment ce fut la plus nulle des soirées si on excepte la prestation flamboyante du grand Georges Thorogood.

 

Le vendredi 5 juillet commenca vers midi par une agréable surprise, la découverte d'un jeune groupe français de soul, Morgan and the Soul Fingers.

 

MORGAN-AND-THE-SOUL-FINGERS.JPG 

 

La chanteuse est ravissante et connait sur le bout de ses doigts les classiques de la Tamla Motown et de Stax. Les musiciens du groupe sont toujours justes sans floritures et démonstrations gratuites. La section de cuivres est à l'origine avec la belle Morgan de la coloration très originale de la formation qui est dans la droite ligne des grand-péres du funk comme Fred Wesley ou Maceo Parker.

 

MORGAN-AND-THE-SOUL-FINGERS-3.JPG

 

Aprés un cognac schweppes et un repas réparateur, je me décidais à explorer un peu le off et j"eus le plaisir de découvrir en buvant un café avec un vieux pote un groupe de jazz manouche de grande qualité les Djangofil. Ils jouent dans l'esprit du maître tout en étant très proche du grand Stochelo Rosenberg.Un régal pour la digestion d'un repas copieux.

 

DJANGOFIL.JPG

 

Aprés cette halte, je fus attiré au café du Canton par différents rosbeef qui faisaient le boeuf et qui avaient l'air de s'y connaitre en blues et en cognac comme votre humble serviteur.

 

XO-FRIENDS.JPG

 

et c'etait vraiment d'enfer !

J"eus le plaisir d'entendre en duo les vénérables bluesmen Jimmy Johnson et Jimmy Burns qui jouaient pour une émission de télévision en direct et c'était vraiment de grande qualité.

 

JIMMY-JOHNSON-JIMMY-BURNS-2.JPG

 

Aprés ce duo historique, Kellylee Evans entra en scéne et séduit l'ensemble de l'assistance par son charme et son talent indéniable.. Elle était accompagnée uniquement par l'excellent guitariste Eric Lohrer et celui-çi soulignait fort bien avec sa guitare sa voix sensuelle et chaleureuse.

 

KELLYLEE-EVANS-9.JPG

 

Vers 18 h, je découvris aussi face aux halles de Cognac sur une scéne de fortune le french bluesman Ronan qui chante et joue dans un registre country-blues du meilleur effet. Indéniablement encore une révélation !

 

RONAN.JPG

 

Aprés une aprés-midi plutôt riche en découvertes et en bons concerts, la soirée commença par la prestation de la chanteuse Y'Akoto qui sincérement n'arrivait pas à décoller.

 

YAKOTO-2.JPG

 

Aprés ce concert mi figue mi raisin, l'execellente Kellylee Evans entra en scéne sur la scéne Expérience Cognac et l'ensemble de l'auditoire fut subjugué par son répertoire entre blues et jazz qui rappelle indéniablement la grande chanteuse que je vénére Sarah Vaughan...

 

KELLYLEE-EVANS-5.JPG

 

Le Blues Paradise accueillt à partir de 21 h le grand soulman actuel, Cody Chestnutt, qui est pour moi le chanteur et compositeur de la nouvelle génération au niveau d'un Stevie Wonder ou d'un Marvin Gaye... Bref, le concert fut d'enfer et je n'en reviens toujours pas d'un tel talent et d'une telle sensibilité.

 

CODY-CHESTNUTT-2.JPG

 

 

Lucky Peterson prit la reléve à l'Eden et malheureusement il était indéniablement pas au mieux de sa forme. Soit la fatigue des tournées ou l'abus de l'élixir de la citée de Cognac, mais il ne fut que l'ombre de lui-même pour une majorité de festivaliers

 

LUCKY-PETERSON-7.JPG

 

La soirée se termina par le concert de la diva Erikah Badu qui laissa beaucoup d'hommes sur un petit nuage ...

Erikah Badu nous livra un show plein de rebondissements et de surprises et indéniablement elle posséde une voix chaude et sensuelle qui ne peut qu'émouvoir ses auditeurs.

 

ERIKA-BADU-5.JPG

 

Mos Def, la star du hip hop newyorkaise, en ballade à Cognac pour affaires nous fit le plaisir de venir chanter 2 chansons avec la diva et le concert prit alors une dimension exceptionnelle. C'est ça la magie de Blues Passions.

 

MOS-DEF-ERYKA-BADU-2.JPG

 

 

 

 

 

Commenter cet article