Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

JO BOUILLON ET SON ORCHESTRE AU CASINO DU MAIL A LA ROCHELLE LE 22/07/1936

Publié le par jazzaseizheur

JO BOUILLON

JO BOUILLON

Jo Bouillon, futur mari de Joséphine Baker, a joué avec son orchestre de jazz à deux reprises durant l'été 1936 à La Rochelle au Casino du Mail le 22 juillet et le lendemain au Casino municipal de Royan. Il est vraiment instructif et pittoresque de lire comment l'un de ses concerts fut relaté dans la presse et plus particulièrement dans l'hebdomadaire "ROYAN" N° 2211 du dimanche 2/08/1936. Indéniablement, la critique musicale et surtout celle de jazz a sacrément évolué depuis l'époque...

Casino du Mail

Vous connaissez JO BOUILLON ?

Non, et vous ?

Pas davantage mais une très mauvaise audition par un poste de TSF m’incite pourtant à le connaitre et c’est en l’occurrence ce qu’il y a de mieux à faire. Ceux qui, le connaissant ou désirant l’entendre, ont été mercredi soir au casino n’ont pas eu à le regretter, l’audition vaut le voyage. J’entends bien qu’on oppose à tel ou tel autre orchestre déjà existant et c’est une erreur, si l’un a sa valeur, l’autre, je parle de JO BOUILLON est loin d’en être dépourvu bien au contraire. Si tel a acquis une célébrité dont je n’ai pas à rechercher ici l’étendue, il faut avouer qui la doit à ses sketchs dont quelques-uns sont assez coquasses, il est vrai mais un peu lourd. C’est un défaut dont on ne peut pas accuser Jo Bouillon.

Des sketchs, il en a quelques-uns à son répertoire mais si le procédé est le même, la manière est différente et ce n’est pasla ce qui contribuera le plus à sa popularité. Jo Bouillon est avant tout un musicien de classe. Beaucoup de choses sont à retenir dans son programme mais je m’en voudrais de ne pas citer à part la valse de Brahms par lui-même : Rapsodie sur des airs hongrois et prélude de Rachmaninoff par l’orchestre qui dépasse de très loin ce qui a pu être fait jusqu’à présent. Je ne pense pas que cette audition puisse laisser insensible un musicien même le plus rébarbatif aux orchestrations modernes.

Jo Bouillon qui est lui-même un remarquable exécutant (n’est pas le 1er prix de violon du conservatoire de Paris) a de l’esprit et de l’élégance jusque dans les moindres petits détails. Il est entouré de musiciens de valeur, le trombone, la trompette etc… Un danseur remarquable (sa brusque imitation d’une danseuse étoile classique au milieu de sa danse à claquettes est d’un comique irrésistible, son imitation de Chevalier est très bonne aussi), d’un chanteur à la voix agréable et d’un grand diable qui imite Fernandel avec assez de bonheur. Parmi les sketchs, signalons celui sur « L’émission radiophonique », « En dio moana » et « La fantaisie cubaine et phosphorescente ». Nous n’avons pas à dévoiler le truc de cette dernière qui est d’ailleurs très simple mais convenons qu’il est fort joli et amusant.L’illustration des chansons de Mireille.

La noce bretonne avec entrée et sortie successive de quatre violons, la fantaisie sur la Veuve Joyeuseoù le trombone se signale. La chanson de Marinette et enfin les valses 1900 Reviens et Fascination sont autant de succès pour ce bel ensemble où la gaieté semble régner etdevient vite communicative. C’est un jeeune orchestre qui deviendra cite célèbre et nous lui souhaitons. Quelques fausses notes à l’horizon et elles ne proviennent pas de l’orchestre. Il se peut que le spectacle que l’on vous présente ne vous convienne pas ou vous soit inintelligible. Dans ce cas, Madame il serait si simple d’aller se coucher plutôt que de rebattre les oreilles de vos voisins de propos inutiles et pour le moins déplacés. Les critiques émises à haute voix, surtout quand elles sont injustes ou fausses, ne modifient pas l’opinion des voisins, elles peuvent tout au plus exaspérer la patience de ces derniers. Si vous ne vous amusez pas, ne les empêcher pas de s’esbaudir à ce qui peut être vous échappe, c’est de la simple courtoisie.

ROYAN N°2211 du dimanche 2/08/1936

J'aimerai bien que cette page provoque des observations etdes critiques si je dois en publier d'autres ou pas...

Commenter cet article