Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MULATU ASTATKE A LA COURSIVE A LA ROCHELLE LE 29/01/2016

Publié le par jazzaseizheur

MULATU ASTATKE A LA COURSIVE A LA ROCHELLE LE 29/01/2016

MULATU ASTATKE A LA COURSIVE A LA ROCHELLE LE 29/01/2016

Mulatu Astatke, une légende de l'ethiopian-jazz, nous rendait visite dans notre modeste province à La Coursive à La Rochelle. Pour l'occasion, le tout La Rochelle s'était donné rendez-vous à ce concert et c'est devant une salle pleine comme un œuf que la légende entra sur scène avec ses sept musiciens. C'est la première fois que j'entendais en live et mon plaisir fut total du début à la fin de sa prestation.

Mulatu Astatke est âgé de 73 ans et, malgré une longue existence, son plaisir est toujours intact de jouer en public et de partager sa musique avec de jeunes musiciens et un auditoire attentif. Il est remarquable au vibraphone où son jeu s'apparente à celui d'un Roy Ayers ou d'un Lionel Hampton. Il a su retenir les leçons de la swing era au contact du Duke qu'il a fréquenté jusqu'à son décès en 1974. Lorsqu'il joue des timbales et de diverses percussions, il me rappelle Machito au summum de son art. Sa musique est un judicieux medley entre jazz swing, musique africaine et salsa avec une telle dextérité qu'elle est unique.

MULATU ASTATKE A LA COURSIVE A LA ROCHELLE LE 29/01/2016

MULATU ASTATKE A LA COURSIVE A LA ROCHELLE LE 29/01/2016

Il est accompagné d'excellents musiciens anglais parmi lesquels on remarque plus particulièrement le trompettiste Byron Wallen, le saxophoniste Danny Keane et le percussionniste Richard Baker. Il y a bien longtemps que La Coursive n'avait pas autant vibré au son d'un orchestre aussi intense. Le public ne s'y trompa pas et fit vraiment un tabac au vieux maitre qui en fut fort affecté...

Une légende de la musique africaine nous a rendu visite ce vendredi soir et il amène la preuve éclatante que ce continent en pleine ébullition n'a pas fini de nous surprendre par la variété de ses musiques et la grande qualité de ses différents instrumentistes.

Commenter cet article