Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

RODOLPH BURGER/ FRED PALLEM ET LE SACRE DU TYMPAN AU MOULIN DU ROC A NIORT LE 9/01/2015

Publié le par jazzaseizheur

RODOLPH BURGER/ FRED PALLEM

RODOLPH BURGER/ FRED PALLEM

Fred Pallem et son orchestre à géométrie variable, Le Sacre du Tympan, se produisait au Moulin du Roc à Niort dans un hommage au grand song-writer américain Neil Young. La salle était bondée et ils attaquèrent par un instrumental de bonne facture qui nous permit d'apprécier toute la dextérité et la virtuosité à la guitare du leader du groupe. Comme à son habitude, il est entouré d'excellents musiciens que ca soit le jeune guitariste Guillaume Magne ou le trio belge de cuivres "Journal Intime". La jeune chanteuse Juliette Paquereau dont j'ignorai jusqu'au nom entra en scène et nous livra sa version de deux thèmes de Neil Young tout en finesse et en feeling décalé. Cette jeune femme est à surveiller de prés car il me semble qu'elle est appelée à un bel avenir entourée par ces musiciens talentueux...

FRED PALLEM

FRED PALLEM

Ils jouèrent deux compositions du maitre et Fred Pallem fit encore la démonstration de ses qualités d'arrangeur et de guitariste et chanteur hors-pair. On remarqua particulièrement le saxophoniste Fred Gastard et le tromboniste Mathias Malher de 'Journal Intime" dont je suis un fervent supporter et admirateur. Vic Moan entra à son tour en scène avec sa mandoline et sa voix relativement fluette et ce fut indéniablement le moment faible du concert malgré toutes les qualités de ses accompagnateurs.

FRED PALLEM

FRED PALLEM

Et comme Fred Pallem le disait lors du début du concert, le dessert arriva en la personne de Rodolph Burger et la musique d'un seul coup devint torride. C'est un chanteur dans la lignée d'un Hubert Félix Thiefaine plus habitué à chanter du rock ou de longues complaintes pleines d'ironie que du jazz mais le meddley entre sa voix rauque et subtile et l'accompagnement très jazz funky du Sacre du Tympan fit merveille. A l'occasion de cette prestation, on se rend compte que Fred Pallem se réclame autant d'André Popp que de Martial Solal ou André Holdeir et il sait faire passer avec habileté ses influences dans ses brillants arrangements qui redonnent une seconde vie aux compositions de Neil Young. Un grand moment musical d'intensité instrumentale et d'échange avec un public réceptif de qualité.

Commenter cet article
D
Souvenir de la belle rencontre entre Fred Pallem et Le Sacre du Tympan et mon père André Popp. <br /> https://www.facebook.com/daniel.popp.31945/posts/1282958738735457
Répondre